Solutions hypothécaires pour les nouveaux immigrants

  1. Financial
  2. Solutions hypothécaires pour les nouveaux immigrants
Solutions hypothécaires pour les nouveaux immigrants

Tout d’abord, je vous assure qu’ils n’ont pas besoin d’acheter une propriété en payant la totalité du prix d’achat avec leurs propres fonds. Les banques ont tout intérêt à financer ces nouveaux clients.

Quelles options hypothécaires s’offrent alors à eux?

Le statut d’immigrant ainsi que l’expérience de crédit déterminent principalement le programme de financement disponible aux nouveaux arrivants :

Au départ, on traitera des étrangers, c.-à-d. ceux n’ayant aucun statut d’immigration au Canada. Dans ce cas, seulement certaines banques canadiennes trouvent un intérêt à les financer et exigent une mise de fonds minimale de 35%. Le pays d’origine, le montant de la mise de fonds exigée – qui s’élever à 50% dans certains cas, une lettre d’intention (en anglais : comfort letter) de l’institution financière du client dans son pays d’origine, ainsi qu’un dossier de crédit international, sont les facteurs qui détermineront généralement l’obtention du financement. Les nouveaux arrivants qui sont arrivés au Canada depuis moins de 60 mois et qui n’ont pas encore d’emploi, peuvent également entrer dans cette catégorie de financement.
Par la suite, on traitera des nouveaux arrivants ayant un permis de travail au Canada, un statut d’immigrant reçu, ou un statut de résident permanent. Il existe deux programmes spécifiques auprès de trois assureurs (SCHL, Genworth et Canada Guaranty) donnant accès à cette clientèle, au financement hypothécaire avec une mise de fonds minimal :
Premier Programme :

La qualification est identique que celle pour tout Canadien et repose sur la qualité du dossier de crédit et le respect des ratios d’endettement. La mise de fonds minimal exigée est de 5%.
Deuxième Programme :

En absence d’expérience de crédit, le candidat doit être autorisé à travailler au Canada avec un permis de travail, et la mise de fonds exigible pour un seul logement est de 10 %, les fonds provenant de sources traditionnelles;
Le demandeur doit fournir un crédit alternatif composé :
un historique de 12 mois de paiement de loyer confirmé dans une lettre émise par le propriétaire, ainsi que 12 mois de relevés bancaires confirmant ces paiements;
et au moins une source de paiement d’un service public confirmée dans une lettre de la compagnie de service ou 12 mois de relevés bancaires confirmant des paiements réguliers.
Voici quelques conseils à donner à ces clients afin qu’ils puissent se bâtir une bonne réputation pour l’obtention d’un financement futur :

ouvrir un compte bancaire dès son arrivée au Canada;
payer toutes les factures à temps, incluant le loyer;
faire la demande d’une carte de crédit et d’une marge de crédit et en faire usage. Dans un cas où ce n’est pas accordé, il faudrait mettre un dépôt en collatéral. Par la suite, il faudrait l’utiliser souvent sans dépasser 50% de la limite et rembourser la totalité avant la date exigible;
démontrer une stabilité d’emploi en demeurant chez le même employeur pendant une longue période.
La gestion du passif fait partie intégrante de la situation financière du client et en représente parfois même « la » plus grande part. Il est donc primordial de confier l’analyse de celle-ci à un professionnel objectif qui saura bien guider votre client et s’assurer que celui-ci en saisisse bien la valeur. Après tout, la gestion du passif n’est-elle pas tout aussi importante que celle des actifs ?